Bannière page RFèglement animaux sauvages - icônes d'animaux

Règlementation générale

Petits ou gros, de nombreux animaux à l'état sauvage vivent sur le territoire ucclois, dans ses parcs, coins verts, cimetières et rues. Afin d'organiser une coexistence pacifique, la règlementation communale définit les limites des interactions admises, dont la plus importante est l'interdiction de nourrissage des animaux sauvages.

L’interdiction de nourrir les animaux sauvages

Rassembler les restes de pain et les porter «aux canards», un réflexe qui semble normal. Or, ces kilos de nourritures apportés tous les jours, été comme hiver, ont un impact sur les animaux et l’environnement (l'eau des étangs, par exemple). La présence de canards sur un étang n’est pas à elle seule représentative du bon équilibre de l’écosystème ou d’une richesse biologique.

De même, beaucoup de personnes pensent aider les renards en les nourrissant ; il n'en est rien ! Légalement, il est interdit de nourrir les animaux sauvages dans les espaces et lieux publics (y compris les parcs et espaces verts).

Règlement Général de Police

«Section 9. Lutte contre les animaux nuisibles et/ou dangereux»
Article 35.
§1. Sauf autorisation de l’autorité compétente et à l’exception des aliments destinés aux oiseaux, autres que les pigeons, en temps de gel, il est interdit d’abandonner, de déposer, de suspendre ou de jeter sur l’espace public, bassins et étangs inclus, toute matière quelconque destinée au nourrissage des animaux en ce compris chats, chiens, canards, poissons, pigeons, oies.
§2. La même interdiction est applicable aux voies privées, cours ou autres parties d’un immeuble, lorsque cette pratique est susceptible :

  • de constituer une gêne pour le voisinage ou pour la propreté, la salubrité et la sécurité publiques ;
  • d’attirer insectes, rongeurs et oiseaux ;
  • de causer un dommage au patrimoine et au bâti existant.

 Consulter l'entièreté du Règlement Général de Police

Animaux

Adresse
Rue de Stalle 77
Ouvert du lundi au vendredi de 8h30 à 12h30 et de 14h00 à 16h30

Téléphone
02/605.13.55

Courriel
bienetreanimal@uccle.brussels

Bon à savoir

Un apport artificiel de nourriture profite d'abord aux espèces opportunistes les plus banales des villes qui chassent alors les autres espèces, entraînant une déstabilisation de l’équilibre des populations d’animaux sauvages.

Questions fréquentes

Modification les habitudes des animaux

Les oiseaux de nos jardins passent au printemps beaucoup de temps et d'énergie à délimiter puis défendre un territoire suffisant pour un couple et ses jeunes. Une source de nourriture artificielle fonctionnera pour eux comme un piège écologique les faisant tomber dans la facilité et la dépendance vis-à-vis de cette source. Ils vont devenir «paresseux» et, ne devenant plus capables de rechercher leur nourriture par eux-mêmes, vont rester (ou revenir) à proximité de cette source de nourriture. Normalement, ces animaux sont tout à fait capables de trouver par eux-mêmes leur nourriture et les nourrir n’est donc pas leur rendre service.

Développement certaines espèces au détriment d’autres

Un apport artificiel de nourriture profite d'abord aux espèces opportunistes les plus banales des villes : pigeons des villes, rats, corneille noire, chats errants, perruches, renards, ouettes d’Egypte.... Ces populations, en augmentation, chassent alors les autres espèces et cela a pour conséquence une déstabilisation de l’équilibre des populations d’animaux sauvages.

Impact sur la santé des animaux

La nourriture «humaine» ne convient pas aux animaux sauvages, ce type d’alimentation les affaiblit donc et les rend plus sensibles aux maladies. Le nourrissage peut même mener à des décès en masse.

Augmentation des populations

Il y a plus de nourriture ce qui entraine une diminution de la taille de territoires et donc une augmentation du nombre d’individus pour une même surface… jusqu’à ce que la densité d’animaux devienne ingérable due aux nuisances qu’ils peuvent provoquer.

Rupture l’équilibre écologique des étangs

Les kilos de nourriture qui se «perdent» dans l’eau peuvent perturber l’équilibre écologique d’un étang et déstabiliser son fonctionnement.

Le pain non absorbé finit par pourrir dans l’eau, ce qui augmente la croissance d’algues consommatrices d’oxygène et néfastes pour les poissons et tout l’écosystème aquatique. Ces algues peuvent aussi donner lieu à des odeurs nauséabondes.

En cas de grosses chaleurs, l’eau devenue trop riche en matières nutritives peut même devenir toxique, voire mortelle pour la plupart des animaux qui y vivent : l’eau est envahie par des algues (dont parfois des algues bleues) et certaines maladies comme le botulisme peuvent apparaitre. Il faut ensuite des mois pour rétablir l’équilibre écologique au sein de l'étang.

Autres impacts du nourrissage

  • Agressivité entre les individus lors de l’apport de nourriture.
  • L’accumulation des déchets de nourriture déstabilise l’équilibre écologique de l’environnement.

Attention au compost mal géré

Un compost mal géré est aussi une source d’alimentation pour des espèces animales opportunistes. Pour éviter des nuisances, veillez à une bonne gestion de votre compost et de  vos poubelles.